Toraja: faire vivre les morts et leur rendre hommage

Publié par Hélène le

La région du Toraja se trouve dans les régions montagneuses d’Indonésie. Reculé des rivages, le groupe ethnique indigène qui y réside, a conservé des traditions funéraires ancestrales.

Lors d’un décès, le défunt est conservé au sein de sa maison familiale jusqu’à son inhumation dans le tombeau familial. Il est habillé, nourri jusqu’à 4 fois par jour, et reçoit des offrandes. Surtout, on lui parle comme s’il était de ce monde, juste « malade ».

Cet état durera jusqu’à l’inhumation, qui sera plus ou moins tardive en fonction des moyens financiers de la famille. Car des funérailles Toraja, ce sont une fête immense rassemblant plusieurs centaines de personnes pendant plusieurs jours. Chacun revêt ses plus beaux habits traditionnels. Les maisons de la famille endeuillée sont décorées, fleuries. Des festins immenses et fins sont préparés: tous participent volontairement à cette organisation importante.

Les invités ne viennent pas les mains vides: ils apportent des porcs en hommage au défunt. Et ces cochons seront servis aux différents repas. Des buffles, quant à eux, seront sacrifiés également en hommage.

Les cercueils sont en bois, finement sculptés. Lorsqu’ils sont enfin utilisés (cette période de « maladie » peut atteindre facilement 1 an), ils sont placés dans des tombeaux sculptés dans les parois rocheuses. C’est une des particularités de cette culture et permet de ressortir facilement le cercueil. Et oui, une fois par an, c’est la fête des défunts, on les sort et on recommence!

Les morts sont lavés, habillés, nourris. On festoie autour d’eux, avec eux. Après, on les inhume à nouveau. Et on pense bien à remettre devant l’entrée du tombeau les sculptures-effigies qui représentent les défunts. Elles permettent aux morts de veiller sur les vivants, et inversement.

Une culture bien différente de la notre, dont on peut s’inspirer pour ses hommages aux défunts, et son organisation incroyable d’obsèques.

Pour mieux connaître le caractère festif des funérailles de Toraja, partez en voyage avec Maude ici.

Crédits photo: Maude Carrier, MC globetrotteuse


0 commentaire

Laisser un commentaire