La rĂ©gion du Toraja se trouve dans les rĂ©gions montagneuses d’IndonĂ©sie. ReculĂ© des rivages, le groupe ethnique indigène qui y rĂ©side, a conservĂ© des traditions funĂ©raires ancestrales.

Lors d’un dĂ©cès, le dĂ©funt est conservĂ© au sein de sa maison familiale jusqu’Ă  son inhumation dans le tombeau familial. Il est habillĂ©, nourri jusqu’Ă  4 fois par jour, et reçoit des offrandes. Surtout, on lui parle comme s’il Ă©tait de ce monde, juste « malade ».

Cet Ă©tat durera jusqu’Ă  l’inhumation, qui sera plus ou moins tardive en fonction des moyens financiers de la famille. Car des funĂ©railles Toraja, ce sont une fĂŞte immense rassemblant plusieurs centaines de personnes pendant plusieurs jours. Chacun revĂŞt ses plus beaux habits traditionnels. Les maisons de la famille endeuillĂ©e sont dĂ©corĂ©es, fleuries. Des festins immenses et fins sont prĂ©parĂ©s: tous participent volontairement Ă  cette organisation importante.

Les invités ne viennent pas les mains vides: ils apportent des porcs en hommage au défunt. Et ces cochons seront servis aux différents repas. Des buffles, quant à eux, seront sacrifiés également en hommage.

Les cercueils sont en bois, finement sculptĂ©s. Lorsqu’ils sont enfin utilisĂ©s (cette pĂ©riode de « maladie » peut atteindre facilement 1 an), ils sont placĂ©s dans des tombeaux sculptĂ©s dans les parois rocheuses. C’est une des particularitĂ©s de cette culture et permet de ressortir facilement le cercueil. Et oui, une fois par an, c’est la fĂŞte des dĂ©funts, on les sort et on recommence!

Les morts sont lavĂ©s, habillĂ©s, nourris. On festoie autour d’eux, avec eux. Après, on les inhume Ă  nouveau. Et on pense bien Ă  remettre devant l’entrĂ©e du tombeau les sculptures-effigies qui reprĂ©sentent les dĂ©funts. Elles permettent aux morts de veiller sur les vivants, et inversement.

Une culture bien diffĂ©rente de la notre, dont on peut s’inspirer pour ses hommages aux dĂ©funts, et son organisation incroyable d’obsèques.

Pour mieux connaître le caractère festif des funérailles de Toraja, partez en voyage avec Maude ici.

Crédits photo: Maude Carrier, MC globetrotteuse

Catégories : AsieInhumationTour du monde

0 commentaire

Laisser un commentaire

Emplacement de l’avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *