Obsèques personnalisées partout en France

Pour dire au-revoir

à votre manière

Vous ne savez pas encore tout ce qu’on peut faire pour de beaux adieux !

Les composantes de belles obsèques

Et leur challenge organisationnel : en moins d’une semaine, donner du sens à l’hommage et construire son cadre.

FAQ

Pourquoi personnaliser des obsèques ?

Les obsèques constituent un événement impondérable de chaque vie. Elles sont personnalisées pour faire sens, pour rendre un bel hommage à la vie du défunt et fédérer autour de lui, ceux et celles qui restent.

Volontés

Pourquoi exprimer ses volontés funéraires?

Pour que celles-ci soient respectées , pardi !

Et pour éviter à votre famille un manque de directives ou des disputes en pagaille!

Comment transmettre ses volontés funéraires ?

Plusieurs possibilités s’offrent à vous:

  • L’enveloppe « Juste au cas où« ;
  • Le dossier administratif, bien rangé dans votre bureau;
  • Un email à votre personne de confiance;
  • Une plateforme de dépôts des volontés;
  • Un dépôt chez le notaire (mais on n’y a accès que trop atrd…)

Crémation

Le cercueil est-il obligatoire ?

Même pour une crémation, il l’est. Par respect pour le défunt, et pour des raisons d’hygiène bien sûr !

Puis-je faire ma propres urne pour les cendres ?

Oui. Il vous est revanche conseillé de suivre quleuqes contraintes simples, comme par exemple

Où puis-je disperser les cendres d’un défunt?

Dans tout espace naturel ne faisant l’objet d’aucun aménagement. Attention aux cas particuliers !

Inhumation

Puis-je acheter une concession de mon vivant ?

Cela est devenu quasi-impossible de nos jours. Mais quelques exceptions subsistent en fonction de l’emplacement que vous souhaitez.

Découvrez nos guides de l’organisation d’obsèques personnalisées

Rien ne détermine plus profondément une civilisation que la place qu’elle fait à ses morts.

Jean Ziegler

Ce qui définit notre humanité est peut-être notre capacité à rendre hommage, à ce qui nous a construits comme à ceux qui nous ont construits.

Delphine Horvilleur, Vivre avec nos morts